Chut !

Dès que l’automne approche, le Lozérien frémit d’impatience ! Il furette dans les sous-bois, à demi-penché, le regard vers le bas… là, il y en a un, là !

Mais je ne vous dirais pas où !!!